5 Sept Étiquette passe au numérique pour ses très courts tirages

Le 24 octobre 2013 par Bakhta Jomni
Patrick Wack, PDG de 5 Sept Étiquette devant sa nouvelle presse numérique. Patrick Wack, PDG de 5 Sept Étiquette devant sa nouvelle presse numérique.

Installée à Courthezon, près d'Avignon (Vaucluse), l’imprimerie 5 Sept Étiquette spécialisée dans la production d'étiquettes adhésives a choisi cette année de se développer dans l'impression numérique. Jusqu’ici équipée de trois presses offset waterless, de deux presses flexo et de matériels de sérigraphie et de finition, elle a choisi d’investir dans une Xeikon 3300 pour s’ouvrir au marché des très courts tirages (moins de 1000 m linéaires) et des tirages à références multiples. « Nous avons réussi au cours des dernières années à maintenir notre compétitivité sur les courts tirages grâce à une utilisation efficace de l'offset waterless et de l'encrage court », affirme Patrick Wack, PDG de 5 Sept Étiquette. « Mais aujourd'hui, nos machines tournent à plein rendement et nous devons augmenter nos capacités de production. C'est l'occasion pour nous de nous équiper d'un matériel capable de traiter les très courts tirages et de traiter facilement et sans délais des séries de plusieurs références à la suite ».

La presse numérique Xeikon 3300 convient pour des laizes jusqu'à 330 mm. Elle atteint une vitesse de pointe de 19,2 m/minute, pour une capacité de production de près de 400 m²/heure. « Le choix fait par 5 Sept Étiquette démontre une nouvelle fois la parfaite complémentarité entre l’impression numérique et la flexo, pour la production d’étiquettes », souligne Filip Weymans, directeur marketing sur le segment étiquettes et emballages chez Xeikon. « Il est important pour nous d'avoir une qualité identique d'un processus d'impression à l'autre », confirme Patrick Wack. « Nous devons pouvoir réaliser un tirage en offset et, le cas échéant, une réimpression en numérique. Or, la qualité imprimée que nous obtenons avec la Xeikon 3300 est suffisamment proche de l'offset pour que cela ne pose pas de problèmes aux yeux de nos clients. La plupart ne remarquent d'ailleurs aucune différence de rendu entre les deux procédés ».

L'entreprise, qui emploie 50 personnes et réalise un chiffre d’affaires de  8,2 M€, s’adresse principalement à une clientèle d'industriels de l'agro-alimentaire, de la cosmétique, des produits de soin et du monde viticole.
 

  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous