Culture Papier reçoit la directrice de la BNF

Le 14 janvier 2015 par Bakhta Jomni
La directrice de la BNF était conviée pour parler de la complémentarité entre papier et numérique. La directrice de la BNF était conviée pour parler de la complémentarité entre papier et numérique.

Sylviane Tarsot-Gillery, directrice générale de la bibliothèque Nationale de France (BNF) était conviée par l’association à parler de la complémentarité entre papier et numérique.

Culture Papier, l’association pour le développement responsable du papier et de l'imprimé, a invité lors de son dernier petit-déjeuner mardi 14 janvier la directrice de la BNF Sylviane Tarsot-Gillery. Cette dernière a fait part des différentes évolutions liées à la numérisation des ouvrages et à la conservation des fonds. Quatorze millions d’ouvrages sont actuellement conservés à la BNF et l’institution a pour mission de préserver cette production, aussi bien sur support papier que numérique. « Nous n’avons pas noté de ralentissement du nombre d’ouvrages collectés, bien au contraire », a déclaré Sylviane Tarsot-Gillery. Le nombre d’ouvrages déposé au dépôt légal est en effet passé de moins de 75000 en 2013 à plus de 80000 en 2014. « Nous constatons aussi une croissance des publications électroniques et avons d’ailleurs mis en place le dépôt légal numérique avec un extranet pour les éditeurs », précise la directrice de la BNF.

Des allers-retours entre lpapier et numérique

La politique de numérisation de la BNF s’est concrétisée depuis le début des années 2000 pour le grand public par la bibliothèque numérique de la BNF Gallica. Sylviane Tarsot-Gillery a mis en avant un phénomène de complémentarité entre les deux supports « qui s’invente au fil du temps ».  « Nous travaillons au quotidien sur cette complémentarité qui s’illustre de diverses manières » a-t-elle déclaré, citant à la fois les qualités physiques ou de recherche. « Nous conservons des parchemins et documents multiséculaires et les versions numériques nous permettent de les rendre accessibles au grand public et consultables sans crainte », note Mme Tarsot-Gillery. « La moitié des ouvrages de la rentrée littéraire de l’an dernier ont ainsi pu être rendues accessibles rapidement aux personnes malvoyantes », se félicite-t-elle. A l’inverse, il existe des formes de rematérialisation papier grâce à l’impression à la demande. Cette dernière est favorisée par un partenariat avec l’éditeur Hachette qui a imprimé 50000 ouvrages dans ce cadre en 2014.

A l’horizon 2020, l’objectif pour la BNF est de disposer d’un million d’ouvrages numérisés, de 12.000 titres de presse et de 20 millions d’images. Gallica compte aujourd’hui un peu plus de 3 millions de documents dont 450 000 ouvrages.
 

  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous