Des imprimeurs français en visite chez un confrère allemand

Le 05 novembre 2018 par Bakhta Jomni
Les imprimeurs français en voyage d'étude et de faisabilité. Les imprimeurs français en voyage d'étude et de faisabilité.

L’objet du déplacement : faire découvrir à ces entrepreneurs le mode de fonctionnement d’un confrère équipé notamment de presses numériques HP et d’une presse d’ennoblissement Scodix.

Huit imprimeries françaises ont été conviées par HP les 17 et 18 octobre dernier pour une visite d’étude chez un imprimeur allemand. Les imprimeries Sopedi, Carteland, Agir Graphic, Corlet, Vincent, HPC-Adlis, Baugé et Desbouis-Grésil étaient représentées lors du déplacement organisé par HP chez l’imprimeur allemand Nino Druck GmbH. Après une présentation de son entreprise, Marcus Kalle, directeur de l’imprimerie a proposé une visite de ses locaux ainsi que des échanges avec les imprimeurs autour des techniques d’impression, des applications et des modes d’organisation de l’entreprise.

Les conseils avisés de Nino Druck

Nino Druck GmbH a été créée en 1988 et propose du web-to-print à 89 % pour le B to B, le reste à destination du B to C et du B to B to C. 50 % des commandes sont actuellement effectuées en ligne, et 50% en direct. L’entreprise compte 160 salariés et est certifiée PSO, Iso 12647-2, FSC, PEFC et Zéro carbone. Son parc machines comprend notamment deux presses Heidelberg Speedmaster XL 106 et CD, quatre presses numériques HP 5000, 10000,  7900 (avec encres fluos) et 12000 ainsi qu’une presse Scodix Ultra 2 Pro avec dorure installée en décembre 2017 et fonctionnant avec des films Kurz. L’imprimerie est partagée en 4 unités d’affaires, Nino offset, Nino Digital, Nino Web-to-print et Nino Cross Media. Marcus Kalle, directeur de l’imprimerie depuis six ans, a du, il y a cinq ans restructurer l’entreprise, supprimer le département étiquette et packaging et changer de presses offset afin de devenir rentable. 60 % des investissements ont été réalisés en offset et 40 % en numérique. Il a fallu environ 6 mois pour rentabiliser les investissements en numérique. L’imprimerie envisage d’ailleurs de poursuivre dans cette voie avec une deuxième presse HP 12000. La part de numérique représente aujourd’hui 35% du chiffre d’affaires pour l’imprimerie contre 65% pour l’offset. Marcus Halle estime que dans 3 ans les deux procédés seront à égalité. L’imprimeur espère pouvoir proposer prochainement du livre relié grâce à sa nouvelle machine Imaging Solutions Switzerland.

Les attentes des imprimeurs français

L’imprimeur allemand a profité de cette rencontre pour recommander à ses confrères en visite la création d’un workflow automatisé basé sur un seul logiciel. Il a également incité à investir autant dans le hardware que dans le software.  « Cette étape doit être accompagnée de formations pour les équipes et d’amélioration permanente des interfaces clients et de leurs web-to-print. Une bonne relation client par ce biais sera la meilleure carte de visite pour démarcher un autre client », a-t-il assuré. Thomas Jeanvret, directeur Marketing du groupe Projevia (qui regroupe l’imprimerie Agir Graphic et l’agence de marketing multicanal Easycom ) était du voyage pour s’informer sur les possibilités offertes par le numérique, notamment pour le secteur de la presse. « Nous sommes pour le moment uniquement équipés en offset », a-t-il déclaré.  L’imprimerie Baugé, équipée en offset feuille et rotative ainsi qu’en presses numériques Ricoh, souhaitait découvrir le parc HP et la presse Scodix. L’imprimerie Carteland, spécialiste du faire-part et de la carte personnalisée, s’est quant à elle équipée d’une presse HP 7900 il y a un an et demi et est dotée d’une presse MGI pour l’ennoblissement de ses imprimés. « Il était intéressant de voir la presse Scodix fonctionner, car elle utilise une technologie différente de la MGI pour la même gamme un peu plus large de foils Kurz », note Stéphane Rambaud, directeur de Carteland. Jean-Luc Corlet, PDG du groupe Corlet, dont le parc comporte déjà une presse MGI 3D et des presses numériques Canon et Xerox était du même avis. « On nous demande de plus en plus d’enrichir des couvertures pour faire des livres donc pourquoi pas ce type d’investissements ? D’autant que notre confrère et voisin Anquetil s’est déjà équipé d’une machine Scodix », a déclaré celui dont l’édition représente aujourd’hui 50% du chiffre d’affaires et 80% de l’activité numérique. Il a noté au passage que la visite chez Nino Druck « permettait de constater qu’une presse 12000 s’intègre bien dans un parc offset. Les éditeurs nous demandent de plus en plus de faire du livre en couleur et en petite série ou en impression à la demande. Nous nous orientons donc aujourd’hui de plus en plus vers de l’impression à la demande en couleur et nous intéressons donc de plus en plus aux outils qui nous aiderons dans cette voie », a-t-il conclu.

 

Nino Druck 4

Nino Druck 27

Nino Druck 25

Nino Druck 26

Nino Druck 24

Nino Druck 23

Nino Druck 22

Nino Druck 20

Nino Druck 21

Nino Druck 19

Nino Druck 18

Nino Druck 16

Nino Druck 17

Nino Druck 14

Nino Druck 13

Nino Druck 12

Nino Druck 11

Nino Druck 10

Nino Druck 9

Nino Druck 8

Nino Druck 7

Nino Druck 6

Nino Druck 5

Nino Druck 4

Soyez le 1er à réagir






Découvrez le numéro 361 de France Graphique

Découvrez le numéro 361 de France Graphique

Abonnez-vous :

Chaque semaine, France Graphique vous livre cinq informations vérifiées et enrichies par notre équipe rédactionnelle. Cette sélection est accessible gratuitement grâce au simple enregistrement de vos coordonnées.

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Le salon professionnel en ligne
Filière informatique et télécommunication

Vous cherchez un produit ? Un service ?

Contacter directement vos futurs fournisseurs et demandez devis ou documentation en ligne.

Une marque du groupe Infopro Communications
  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous