Comment tirer parti de l'impression hybride intégrée ?

Le 30 octobre 2018 par la Rédaction
Mots clés : , ,
Will Mansfield, Directeur monde, marketing produit et category management chez Kodak Will Mansfield, Directeur monde, marketing produit et category management chez Kodak

Trois questions à Will Mansfield, Directeur monde, marketing produit et category management chez Kodak.

Directeur marketing produit au sein de la division Systèmes jet d’encre de Kodak, Will Mansfield précise en quoi consiste la production numérique hybride intégrée et en présente les intérêts pour les imprimeurs et les façonniers.

Le terme de production hybride intégrée, qui désigne notamment l’installation de têtes d’impression Kodak Prosper S sur des rotatives, est-il largement connu ?
Les imprimeurs et les façonniers s’intéressent de près à l’impression hybride, même si chacun a une vision personnelle de son fonctionnement. Certains imprimeurs estiment ainsi que, puisqu’ils travaillent à la fois en traditionnel et en numérique, leur activité peut être qualifiée d’hybride. Il ne s’agit pas d’intégration à proprement parler, car ces technologies interviennent séparément ou séquentiellement dans le flux de production. D’autres ateliers exploitent des presses hybrides conçues pour fonctionner de façon autonome, sans les intégrer aux équipements traditionnels présents. Il existe pourtant une troisième possibilité, qui séduit de plus en plus d’imprimeurs et de façonniers qui adoptent le procédé hybride : l’intégration d’une solution numérique, identique en qualité et en rapidité, à des systèmes traditionnels. On peut alors imaginer une solution hybride personnalisée, adaptée en tous points aux besoins de l’entreprise, laquelle peut ainsi donner un nouveau souffle à ses machines sans investir massivement.

Quels sont les secteurs qui seraient plus particulièrement intéressés par cette association de procédés d’impression ?
L’opération est particulièrement intéressante dans les domaines suivants : publipostage, impression sécurisée, jeux, tirage de journaux, étiquettes et carton ondulé, ou encore façonnage d’emballages souples ou pliants. Dans le monde, plus de 1 500 systèmes d’impression Kodak Prosper série S ont déjà été adoptés pour des applications très variées. Si l’intégration d’une solution numérique est de plus en plus courante sur les marchés de l’impression de labeur évoqués plus haut, elle suscite également un intérêt grandissant chez les façonniers et les marques utilisant des presses hélio, flexo et offset. Cette tendance s’explique principalement par l’apparition d’encres et de produits d’impression fluides autorisés pour un contact alimentaire indirect, par exemple pour le carton plat ou ondulé et les supports souples. Si l’emballage représente une part de plus en plus importante des volumes d’impression, le nombre de tirages courts et la multiplication des références font que la production de 100 000 exemplaires peut en fait correspondre à 10 tirages de 10 000 exemplaires.

Quelles sont les tendances qui poussent selon vous à aller vers ce type de solution ?
Les marques intensifient nettement leurs programmes promotionnels et leurs opérations de vente en ligne pour mieux toucher leur clientèle. La nécessité de travailler en tirages plus courts et avec un contenu variable ne permet pas de produire les imprimés de façon rentable sur un équipement traditionnel. Parfois, ce type de production n’est pas facile à gérer non plus sur une presse numérique. Pour que les marques conservent leur liberté créative, qu’il soit possible d’ajouter du contenu variable et que les façonniers préservent leur rentabilité, la solution idéale est de tirer parti des avantages des deux procédés.  Ils ont aujourd’hui la possibilité d’investir dans un système d’impression numérique, pouvant atteindre 300 mètres à la minute, capable de suivre la cadence de leurs équipements traditionnels. Les possibilités offertes par l’intégration d’un système numérique sur une presse traditionnelle sont trop nombreuses pour être toutes citées, mais le cas de la Corée et de la Chine, où les messages promotionnels sont le plus souvent illustrés par des émojis, est un bon exemple.

 

Soyez le 1er à réagir






Découvrez le numéro 361 de France Graphique

Découvrez le numéro 361 de France Graphique

Abonnez-vous :

Chaque semaine, France Graphique vous livre cinq informations vérifiées et enrichies par notre équipe rédactionnelle. Cette sélection est accessible gratuitement grâce au simple enregistrement de vos coordonnées.

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Le salon professionnel en ligne
Filière informatique et télécommunication

Vous cherchez un produit ? Un service ?

Contacter directement vos futurs fournisseurs et demandez devis ou documentation en ligne.

Une marque du groupe Infopro Communications
  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous