L'imprimerie typographique SAIG cherche un successeur

Le 26 novembre 2010 par Bakhta Jomni
Mots clés : ,

Si vous n’avez jamais mis les pieds dans une imprimerie typographique, hâtez-vous de le faire en vous rendant à l’Haÿ-les-Roses (94) –ou en visionnant notre reportage. L’imprimerie SAIG y fait en effet figure de survivante à l’heure où l’impression numérique a envahi les rayons des librairies. François Huin et ses deux employés s’activent chaque jour à perpétuer un savoir-faire exceptionnel, par amour du beau et du bien fait. Mais leur métier se perdant peu à peu, l’activité de l’imprimerie est remise en question. Les éditeurs qui soutiennent M. Huin et lui confient leurs manuscrits redoutent son départ en retraite et prient chaque jour pour qu’un apprenti se présente à sa porte. Avis aux successeurs potentiels…


L'imprimerie typographique SAIG
envoyé par FranceGraphique. - Films courts et animations.

7 réactions

benjamin | 28/01/2015 - 14H53

Bonjour,



l'imprimerie cherche encore des stagiaires et des personnes motivées, mais en ce moment elle cherche surtout un linotypiste, avec un peu d’expérience mais de la motivation est la base!

Nous pensions à une personne à la retraite qui aurai envi de se relancer à mi temps, ou un jeune à temps plein, nous étions tt possibilité!

Signaler un abus |  CITER

Diable | 01/12/2013 - 14H14

Bonjour typographe en 1964 et maintenant en retraite, j'ai subi la transformation de cet art. Combien de fois j'ai essayé de faire comprendre au personne de la photocomposition toute la subtilité de ce beau métier. Les titres, les sous titres, les espacements, les alinéas enfin tout ce qui peut rendre agréable la lecture, mais en vain, ils n'avaient aucune base la dessus et en un mot je les embêtais J'étais triste de voir ce beau métier s'evaporer

Signaler un abus |  CITER

Hugues Grué | 12/06/2012 - 19H12

Très touché de voir ce petit reportage, aussi j'espère
qu'il y aura un repreneur. Moi aussi je travaille encore
aujourd'hui uniquement en typographie, étant Artisan
Imprimeur, je travaille tout seul, de plus en plus on me demande l'impression en typographie pour les Faire-Part de Mariage, j'espère aussi perduré ma petite imprimerie qui a commençé en 1968. Bon courage.
Cordialement. Hugues Grué à Bouaye 44830 entre Nantes et Pornic.

Signaler un abus |  CITER

Kibrille | 24/03/2012 - 14H30

Bonjour,
Bonne nouvelle j'ai 33 ans et j'ai grandi avec les ordinateurs. Mais ma Maman m'a initié très tôt à l'imprimerie. Je ne prétends absolument pas être une professionelle, mais je suis entrain de créer une activité dans laquelle je vais me servir d'une presse à main!!! Je cherche actuellement beaucoup d'informations autour de l'imprimerie et je peux vous assurer que la relève est assuré un peu partout dans le monde. peut-être pas sous la forme que vous avez connu mais ma génération revient à grand pas vers ce genre d'outils! Bonne nouvelle non?

Signaler un abus |  CITER

daniel | 14/12/2011 - 03H49

Que de souvenirs, typo à partir de septembre 1965... Imp. Lahure, etc. C'était un métier extraordinaire. Cette confrérie n'existe plus!

Signaler un abus |  CITER

stef21566 | 20/07/2011 - 12H18

Bonjour, typographe de formation, j'ai débuté en 1964 comme typographe, j'ai repris une activité existente en 1975,ajouté l'offset en 1980 tout en maitenant la composition en plomb jusqu'en 2005, où j'ai dû arrêter suite à la concurrence numérique. Je serai heureux d'avoir l'adresse de cet imprimerie, pour la visiter.

Signaler un abus |  CITER

Frédéric Lahetjuzan | 25/02/2011 - 00H40

Merci pour ce beau reportage qui me rappelle ce que furent mes origines de petit-fils d'imprimeur, qui me replonge en 1975, apprenti typo-lino dans l'entreprise familiale.

La nostalgie me saisit, l'envie me reprend de plonger la main dans la casse, accrocher un saumon à la chaîne du creuset, sur le rang jeter les blancs, mettre en pages, piger, ficeler, séparer les côtés, imposer... ressentir cette odeur bien particulière de l'encre, du plomb chaud et du papier.

La photocomposition et l'offset qui arrivèrent dans les années 90 sonnèrent la fin du plomb. Les souvenirs sont forts, c'est un peu comme si c'était hier.

Anciennement imprimerie Siret fondée en 1842, l'imprimerie de l'Ouest à La Rochelle s'est éteinte en juillet 2008. Une fin bien triste dont l'histoire est restée sous silence, comme recouverte d'une chape de plomb. C'est ainsi que durant 33 ans j'ai pratiqué le métier d'imprimeur-éditeur.

Mais ce reportage est un appel à qui voudrait ou saurait reprendre le flambeau ; il est important que ce si noble métier se perpétue, que son savoir-faire soit retransmis.

Me voilà devant un cas de conscience qui me trouble d'une irrésistible envie que seule la distance freine un peu...

Je souhaite vivement que votre histoire continue.

Cordialement, Frédéric.

Signaler un abus |  CITER

Réagissez à cet article






Découvrez le numéro 353 de France Graphique

Découvrez le numéro 353 de France Graphique

Abonnez-vous :

Chaque semaine, France Graphique vous livre cinq informations vérifiées et enrichies par notre équipe rédactionnelle. Cette sélection est accessible gratuitement grâce au simple enregistrement de vos coordonnées.

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Le salon professionnel en ligne
Filière informatique et télécommunication

Vous cherchez un produit ? Un service ?

Contacter directement vos futurs fournisseurs et demandez devis ou documentation en ligne.

Une marque du groupe Infopro Communications
  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous