L’imprimeur français ausculté à Bercy

Le 16 février 2012 par Bakhta Jomni

En 2011, lors du Salon Graphitec, le ministre de l’Industrie Eric Besson avait annoncé un plan en trois volets pour sortir l’industrie graphique de l’impasse dans laquelle elle se trouve. Il avait alors promis de retrouver la profession en 2012 pour faire le point. C’était donc l’objectif du colloque « L’imprimerie : nouveaux territoires et futurs gisements de croissance », organisé le 15 février à Bercy. Eric Besson, dont un discours d’introduction préenregistré a été projeté à l’assemblée, a annoncé le lancement d’un diagnostic individuel de chaque imprimerie « pour déterminer les besoins nouveaux en outils numériques et décloisonner le labeur. » Cette action sera financée à 50 % par le ministère à hauteur de 500 000 euros. Lors d’une intervention, Michel Lejeune, député et président du groupe « Imprimerie et culture papier » à l’Assemblée nationale a souhaité souligner deux points ressortis de la réflexion de son groupe : d’abord qu’il ne fallait pas lutter contre l’avancée du numérique, ensuite qu’il fallait trouver des moyens d’empêcher les idées fausses sur la nocivité environnementale du papier.

L’imprimeur français doit s’adapter au plus vite

Une étude réalisée pour l’occasion par Ernst & Young, avec des entretiens menés dans cinq autres pays d’Europe, conclut que l’imprimeur français doit sans délais passer de fournisseur de produits à fournisseur de services. Les attentes des donneurs d’ordres sont également importantes en termes de R&D. Cependant, les imprimeurs français estiment qu’il est très difficile d’agir dans un contexte où la production de machines outils et de matières premières ne se fait plus dans le pays.

Une baisse du nombre d’entreprises

Une étude financière commandée par l’Unic à la Banque de France est actuellement en cours. Les premiers éléments disponibles montrent une baisse de 200 entreprises (17 %) en 6 ans, une baisse des effectifs salariés, une baisse de l’activité en termes de chiffre d’affaires et un résultat courant avant impôts assez bas. Les 2/3 des entreprises du secteur ont néanmoins une capacité à honorer leurs engagements jugée excellente à satisfaisante à horizon de 3 ans et l’optimisme du secteur semble être de retour. Enfin, deux tables rondes rassemblant divers acteurs du secteur ont permis de présenter des initiatives destinées à redynamiser l’imprimerie. On peut notamment citer les actions Imprim’Luxe, Finances graphiques ou IDDurable (cf Hors-série  environnement de France Graphique – novembre 2010).

 

Environ 200 personnes se sont inscrites au colloque.

L'intervention enregistrée de M. Besson.

Jacques Chirat, Unic/ imprimerie Chirat.

Michel Lejeune ( député et président du Groupe « Imprimerie et culture papier » à l’Assemblée nationale).

Pierre Ballet (Imprim'Luxe), Pascal Bovero (Unic), Patricia Macey (Finances graphiques), Hubert Pedurand (Unic), Chantal Richardeau (IDDurable)
  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous