La typographie du Centre Georges Pompidou entre au musée

Le 30 avril 2014 par Rodolphe Pailliez
Mots clés : , ,


Quarante ans après sa création en 1974 par Adrian Frutiger et Hans-Jürg Hunziker, le caractère typographique « Beaubourg » baptisé plus tard « CGP » (comme Centre Georges Pompidou) rejoint les collections du Musée national d’art moderne (Mnam) implanté au sein du Centre Pompidou. Comme le souligne Cloé Pitiot, conservatrice design du Mnam, c’est là le premier caractère typographique à faire son entrée dans les collections. Au total, ce sont quelque 490 pièces qui ont été acquises par le Musée dont 5 esquisses du caractère CGP et 91 dessins d’exécution, deux lots de 14 et 127 dessins d’adaptation à la photocomposition, 99 esquisses de conception de la famille Bold du CGP en version « PostScript », 124 esquisses de cette version Bold pour numérisation et deux projets d’affiches !

Une aventure pionnière
A l’occasion de cette acquisition, l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs a organisé le 29 avril dans ses locaux de la rue d’Ulm à Paris, une conférence à laquelle ont notamment participé Jean Widmer, graphiste, directeur artistique, coauteur de l’identité visuelle du Centre Pompidou (on lui doit notamment le logo sous forme d’épure du bâtiment et son escalator en façade) et Hans-Jürg Hunziker, dessinateur de caractères, graphiste et auteur du caractère « CGP ».
Inspiré du caractère machine à écrire « Fine Line » d’IBM, il a été choisi depuis son élaboration pour la correspondance et comme caractère de texte (cartons d’invitation, catalogues, bulletins, etc) et adapté également pour la signalisation, la signature du Centre Georges Pompidou et celles des quatre départements. Utilisé systématiquement sur tous les supports, en noir ou en réserve de blanc sur fond coloré, il fait en outre appel à une lecture verticale au niveau des applications liées à la signalisation.
Si vingt ans après sa création, il a été numérisé et complété par un demi-gras (version bold), certains estiment qu’il devrait faire l’objet aujourd’hui de mises à jour ou de développements et cela même si tout le monde s’accorde cependant à dire que sa spécificité et son potentiel sont restés intacts.

Cette conférence qui entendait retracer la genèse, le développement et l’acquisition de ce caractère ancré dans le temps, a été suivie d’une discussion associant plusieurs enseignants de l’Ecole des Arts Déco au premier rang desquels Laurent Ungerer et Ruedi Baur. Le premier a, dès l’âge de 23 ans, rejoint l’agence de Jean Widmer à Paris et le second a remporté en 1997 la refonte de la signalétique et de l’identité visuelle du Centre Pompidou rénové par l’architecte Renzo Piano.

Où l’on s’aperçoit qu’au fil de son existence, ce centre national d’art et de culture ouvert en 1977 pour célébrer la création contemporaine, a fait office auprès des graphistes, des designers…, de véritable objet d’études, tissant par-delà les sensibilités et les parcours des uns et des autres, un réseau de connivences pour ainsi dire transgénérationnelles.

Un caractère maison unique en son genre.

Enseignement à l'Ecole des Arts Déco, à l'origine de cette conférence, Laurent Ungerer pilote depuis 2012 l'identité visuelle de la Réunion des musées nationaux.

En haut, le fameux logo du Centre Georges Pompidou créé par Jean Widmer.

Cloé Pitiot, conservatrice design du Musée national d'art moderne au Centre Pompidou et Jean Widmer, coauteur de l'identité visuelle du Centre Pompidou.

Hans-Jürg Hunziker, auteur du caractère CGP.

Ruedi Baur et Laurent Ungerer, enseignants à l'Ecole des Arts Déco.

Une conférernce de haut niveau autour des quarante ans du caractère typographique CGP.
  • Envoyer

  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous