Les affiches plus écolos que les écrans

Le 04 février 2011 par Guillaume Bregeras

Ce n’est plus un scoop, mais les études abondent dans le même sens. Pour diffuser un même message, le papier consomme moins de CO2 que les écrans vidéo. L’agence idsign Solutions vient de publier un rapport comparant un écran à cristaux liquides et 52 affiches en papier. Selon lui, si l’on prend en compte un écran de la marque Samsung, d’une taille de 70 pouces et d’une puissance de 1 000 W, qui resterait allumé durant 20 heures par jour et dont la durée de vie est de cinq ans, émettrait 1 244 kg de CO2 par an. Dans le même temps, 52 affiches collées sur des panneaux 4x3 n’émettraient que 125 kg de CO2 par an. L’étude, commanditée par l’association Résistance à l’agression publicitaire (RAP), révèle également que la fabrication de l’écran compte pour 53,7 % des émissions, et 46 % pour sa consommation électrique. Le transport, malgré une fabrication en Asie, ne compte que pour 0,3 % des émissions de CO2. Concernant l’affiche, 81 % de ses émissions se dégagent lors de la fabrication du papier. D’ici à fin 2011, 1 200 affiches vidéo devraient apparaître sur les écrans du métro parisien, ce qui porterait à 1,5 million de tonnes leurs émissions de CO2 (contre 2,2 millions de tonnes pour les 80 000 affiches papier déployées). « Ce bilan carbone est une arme supplémentaire contre les arguments de Métrobus et de l’Union de la publicité extérieure qui affirment que ces écrans sont plus écolos que les affiches classiques », a déclaré un porte-parole de l'association Résistance à l'agression publicitaire à nos confrères de L'Usine Nouvelle.

Ce graphique publié sur le site du RAP démontre l'impact écologique des écrans vidéo face au papier Ce graphique publié sur le site du RAP démontre l'impact écologique des écrans vidéo face au papier
  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous