Low energy UV : le réseau Imprifrance organise une journée d'information

Le 06 novembre 2014 par Bakhta Jomni
Les sociétaires d'Imprifrance étaient invités à participer à une journée de présentation et d'échanges. Les sociétaires d'Imprifrance étaient invités à participer à une journée de présentation et d'échanges.

Les imprimeurs sociétaires d'Imprifrance étaient invités à participer à une journée consacrée à la technologie d'impression offset et de séchage low energy UV.

Jeudi 6 novembre, le réseau d'imprimeurs Imprifrance organisait une journée d'information et d'échanges dans ses locaux parisiens sur la technologie d'impression offset à séchage low energy UV. La matinée était consacrée à la présentation de cette technologie par trois intervenants : Olav Spielmann, pour la partie impression (Heidelberg), Hervé Maignan (Arets) pour la partie encres et Norbert Peytour (IST) pour la partie séchage. La deuxième partie de la journée était réservée aux échanges entre sociétaires déjà équipés de la technologie de séchage ou en cours d'installation. Les imprimeurs qui ont apporté leur témoignage à leurs confrères sont Alain Mossé (Hémisud), François Simon (Simon Graphic), Lionel Gaillard (Lescure Théol) et Dominique Le Corre (Grafik Plus).

Les spécificités du low energy UV

Le low energy nécessite deux paramètres obligatoires :
- une lampe UV mercure d'une puissance ajustable de 80 à 200 watts par cm dopée au fer afin de pouvoir émettre à environ 370 nm (UV-A) et
- des encres UV spécifiques fortement réactives avec un spectre en nanomètres adapté.

Les lampes basse énergie peuvent s'installer dans tout équipement de séchage UV standard. Le fait que les encres soient plus réactives permet de travailler avec moins de lampes (d'où "low energy"). Le séchage immédiat apporte de nombreux avantages comme la suppression du maculage, de la poudre, des dégagements d'ozone ou de composés organiques volatils (COV) par l'encre ou encore de l'évolution des couleurs après impression. Quelques bémols persistent néanmoins comme le coût des lampes LED, trois fois plus chères que les lampes UV classiques et la composition des encres, à manier avec précaution et dont les propriétés de désencrage et de recyclabilité sont encore à l'étude.

 

La matinée était consacrée à l'intervention de trois acteurs du low energy UV. La matinée était consacrée à l'intervention de trois acteurs du low energy UV.
  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous