Quel avenir pour les métiers d’art ?

Le 17 septembre 2018 par Bakhta Jomni
Pascale Dumas est Sénatrice de Paris et Présidente du groupe d'Etudes Métiers d'Art. Pascale Dumas est Sénatrice de Paris et Présidente du groupe d'Etudes Métiers d'Art.

L’événement a réuni une quarantaine de participants, majoritairement des professionnels, ainsi qu’une demi-douzaine de parlementaires, députés et sénateurs.

A l’occasion de sa troisième conférence mercredi 12 septembre à Paris, RBD, la Chambre syndicale de la Reliure, Brochure, Dorure, avait convié Catherine Dumas, Sénatrice de Paris et Présidente du groupe des métiers d'art au Sénat pour faire le point sur la situation du secteur. Auteure d’un rapport intitulé "les métiers d'art, d'excellence et du luxe et les savoir-faire traditionnels : l'avenir entre nos mains" en 2009, l’élue, référente depuis dans ce domaine, travaille actuellement sur la rédaction d’un nouveau rapport qui devrait être rendu avant la fin d’année. «  Nous avons intérêt aujourd’hui, à ce que tous les métiers d’art travaillent ensemble, autour de l’excellence française. Il faut que le touriste qui rencontre un doreur ou un relieur puisse aussi faire une expérience culinaire enrichissante », déclare la sénatrice, qui a tenté de mettre en place des passerelles entre métiers d’art et métiers culinaires.

Les actions à mener

Plusieurs points semblent selon la sénatrice essentiels à mettre en place pour assurer la survie des métiers d’art. Tout d’abord la reconnaissance de ces métiers, qui passe avant tout par une meilleure connaissance par le grand public. « Il faut solliciter les élus pour faire ouvrir les portes des ateliers, organiser des visites. Il faut aussi parvenir à ce qu’il existe un représentant de ces métiers au niveau de l’Etat, propose-t-elle, un responsable politique qui ait une vision transversale et puisse fédérer et donner une impulsion très forte ». Les nouvelles technologies doivent également jouer un rôle important dans l’évolution de ces métiers et apparaître dans les formations proposées. Enfin, l’accent doit être mis sur la transmission et la préservation de ce patrimoine. « J’avais demandé lors la remise de mon rapport à ce que le nombre de maîtres d’art soit doublé et que ces derniers puissent former plusieurs élèves. Cela avait été accepté et fonctionne très bien aujourd’hui. J’avais également proposé, et la proposition est toujours d’actualité, la création d’un conservatoire des outils car nous pouvons constater que des savoir-faire se perdent régulièrement lorsque les outils de travail ne sont pas entretenus », a-t-elle conclu.

Soyez le 1er à réagir






Découvrez le numéro 360 de France Graphique

Découvrez le numéro 360 de France Graphique

Abonnez-vous :

Chaque semaine, France Graphique vous livre cinq informations vérifiées et enrichies par notre équipe rédactionnelle. Cette sélection est accessible gratuitement grâce au simple enregistrement de vos coordonnées.

Inscrivez-vous, c'est gratuit !

Le salon professionnel en ligne
Filière informatique et télécommunication

Vous cherchez un produit ? Un service ?

Contacter directement vos futurs fournisseurs et demandez devis ou documentation en ligne.

Une marque du groupe Infopro Communications
  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous