Typo : sous le signe du Printemps

Le 18 mars 2015 par Rodolphe Pailliez
Mots clés : , ,

Depuis maintenant une demi-douzaine d'années, le Printemps de la Typographie organisé par l'école Estienne, constitue un événement de tout premier ordre dans le domaine du design typographique. Une manifestation riche et foisonnante servie par des interventions de qualité. Une fois encore, l'édition 2015 n'a pas dérogé à la règle.


La sixième édition du Printemps de la Typographie  organisée par l’école Estienne, s’est déroulée les 12 et 13 mars dans l’auditorium de l’Institut national du patrimoine (Inp), rue Vivienne à Paris. Cette édition 2015 s’est déroulée sur le thème du décor.
« Il se fait fort d’absorber tout ce qui peut servir son propos : figure, tracé, image, lettre, couleur, texture. Ainsi redistribue-t-il gracieusement les cartes du pouvoir et du savoir », ont notamment rappelé en introduction les organisateurs de la manifestation qui, une fois de plus, a rempli l’auditorium de l’Institut national du patrimoine, partenaire du Printemps de la Typographie tout comme  le groupe Imprimerie nationale.

Une douzaine d’interventions ont marqué cette édition 2015, complétées par un compte-rendu d’un workshop à l’atelier du livre et de l’estampe de l’Imprimerie nationale auquel ont participé en début d’année les étudiants de 1ère année du DSAA (Diplôme supérieur d’arts appliqués) Design typographique de l’école Estienne.
En introduction, François Fièvre a présenté le graphisme Arts and Crafts au travers de l’œuvre de William Morris et de Walter Crane et dont la volonté était de réformer les arts décoratifs. De son côté, Silvio Corsini a recensé les ornements typographiques utilisés par les imprimeurs clandestins.
Malte Martin a présenté les affiches qu’il conçoit pour les théâtres parisiens de l’Athénée et de Malakoff (Théâtre 71) ainsi que le jeu combinatoire de dessin de lettres « Superpo » développé pour ce dernier.
Mentionnons également l’intervention de Rémi Jimenes sur l’ornementation typographique à la Renaissance.
Enfin, Pieter Uyttenhove et Margaret Gray ont évoqué la disparition du décor dans l’architecture moderne avec dès le début du XXe siècle un mouvement anti-ornement qui a culminé notamment avec le Bauhaus.
A de nombreuses reprises, cette édition 2015 du Printemps de la Typographie a permis de montrer que de tout temps, le livre, la typographie se sont retrouvés en parfaite harmonie et symbiose avec d’autres courants marquants de la décoration, de l’architecture, etc.

- France Graphique publiera dans son édition datée juin / juillet 2015 (n° 341) un compte-rendu détaillé de cette édition 2015 du Printemps de la Typographie.


 

TYPO

De g. à d. : Franck Jalleau, Margaret Gray, Philippe Buschinger et Raphaël Lefeuvre, enseignants à l'école Estienne et organisateurs du Printemps de la Typographie.

TYPO

Philippe Buschinger et François Fièvre. Discussion autour du décor.

TYPO

Dans le cadre très privilégié de l'Institut national du patrimoine.

TYPO

Silvio Corsini. Sur la trace des imprimeurs clandestins.

TYPO

Un succès et un intérêt qui ne se démentent pas d'année en année.
  • Envoyer

Soyez le 1er à réagir






  •  
    Chroniques des abonnés
  •  
    Botin Graphique
  •  

    Newsletter

  •  

    A la une

  •  

    Abonnez-vous